Chargement…

NOS ACTUALITÉS

Mme Géraldine MERMOUX, Directrice Générale Associée du Groupe FINACTU, a été invitée à exposer sa vision de l’assurance sur le continent africain à l’occasion de la 40ème Assemblée Générale de la Fédération des Sociétés d’Assurances de Droit National Africaines (FANAF) tenue à Abidjan du 15 au 18 février. L’Association des Sociétés d’Assurances de Côte d’Ivoire (ASACI) était l’organisatrice de cette manifestation qui a réuni plus de 600 assureurs, superviseurs et experts de l’assurance africaine.

Mme Géraldine MERMOUX intervenait dans un panel réunissant M. Issofa NCHARE, Secrétaire Général de la CIMA, M. Jean Jacques HENCHOZ, CEO de Swiss Re pour le marché EMEA et M. Allan JOE, Directeur du marché d’Afrique Sub-Saharienne de Munich Re.

Mme Géraldine MERMOUX a commencé son intervention en évoquant 6 grandes tendances structurantes de l’avenir de l’assurance africaine d’ici 2030 :

  • Tendance 1 : l’explosion démographique du continent
  • Tendance 2 : la mondialisation des économies africaines
  • Tendance 3 : l’enrichissement du continent et de sa population
  • Tendance 4 : le développement technologique du continent
  • Tendance 5 : le dérèglement climatique et la tension croissante sur l’autosuffisance alimentaire
  • Tendance 6 : l’explosion programmée de certains systèmes de protection sociale

De ces tendances se dégagent 3 évolutions prévisibles pour notre secteur:

1. Première évolution structurante : l’explosion de l’assurance épargne

L’assurance-vie africaine est 8 fois moins développée que la moyenne à l’échelle mondiale, mais un rattrapage spectaculaire est entamé, porté par la montée d’une classe moyenne africaine. Ce rattrapage est en marche, le chiffre d’affaires des assureurs vie a augmenté de 32% entre 2006 et 2010 contre une hausse de 19% à l’échelle mondiale et ce notamment via les activités de bancassurance également vouées à s’intensifier dans le futur.

2. Seconde évolution structurante : un secteur de plus en plus sophistiqué

Engagés dans une modernisation accélérée, les assureurs africains sont en train de passer d’une «assurance impôt», où les assureurs recherchent juste la plus grosse part de marché, à une «assurance active», où ils commencent à vouloir attirer uniquement les bons risques. Ce passage d’une croissance quantitative à un développement qualitatif, basé sur une forte sélection des risques, oblige les compagnies à sophistiquer leurs tarifications, à améliorer la qualité et la quantité de leur offre, et à accélérer et enrichir leur informatisation pour favoriser une surveillance permanente du portefeuille.

3. Troisième évolution structurante : l’accélération de la création-destruction va révolutionner l’offre

En conséquence des points précédents, Mme Géraldine MERMOUX a souligné que le processus de «destruction-création» du secteur va s’accélérer, avec la sophistication des besoins des acteurs. Pendant très longtemps, les compagnies d’assurance les plus mal gérées ont été protégées par le cycle inversé de production, par la possibilité de sous-estimer les provisions, par une régulation trop bienveillante et en accumulant des arriérés non provisionnés. Ces différents facteurs ont souvent nui gravement au secteur dans son ensemble.

Elle a par ailleurs ajouté qu’avec cette sophistication et l’exigence croissante de la demande, le rapport de force entre mauvais et bons assureurs s’inverse. Ce processus risque d’entrainer dans le futur plusieurs phénomènes dont deux notables : la disparition accélérée des mauvaises compagnies et la concentration des acteurs du secteur. Elle indique sur ce dernier point que la constitution d’acteurs internationaux ou régionaux panafricains est déjà en marche suite à de nombreuses fusions et acquisitions au sein du secteur des assurances.

Ainsi, pour faire face à ces nouveaux enjeux, Mme Géraldine MERMOUX a spécifié que les compagnies d’assurance vont devoir à l’avenir être suffisamment importantes et préparées pour maintenir leur position dans cet environnement sensiblement compétitif.

La Directrice Générale Associée de FINACTU a clôturé son discours en félicitant l’ASACI pour l’organisation de cet évènement et a remercié l’audience pour son attention.